samedi 10 octobre 2015

Pour en finir avec les erreurs de calculs

Qu'est-ce qui cause les erreurs de calculs?

Les parents répondront souvent l'inattention... et auront raison pour certains cas. Mais est-ce que nous pouvons tout blâmer sur l'attention, ou le manque de concentration? Pensons-y. Pourquoi certaines personnes, enfants ou adultes, ne font pratiquement jamais d'erreurs de calculs? Ma réponse: la rigueur.

La rigueur, une qualité qui fait la différence

Le dictionnaire Larousse définit la rigueur ainsi: "Caractère de quelqu'un, de quelque chose qui se distingue par une exactitude, une logique, une précision parfaites.". Quelqu'un de rigoureux, dans la vie, retournera ses appels, sera à l'heure et... ne fera pas d'erreurs de calculs. 

Je m'explique.
Les mathématiques sont régies pas un ensemble de règles précises qu'il nous faut respecter pour obtenir un résultat correct. La rigueur dans le respect de ces règles permettra donc d'éviter  les erreurs de calculs. Prenons un exemple comme nous en voyons souvent dans nos fils d'actualités Facebook: 


En voyant cette question, il nous faut activer nos connaissances sur les chaînes d'opérations.
"Multiplier par 0 donne 0" et "Il faut faire les multiplications en premier" sont les 2 concepts vérifiés dans cette question. Or, plusieurs personnes feraient les opérations de gauche à droite, et obtiendraient "0"... Ils ont négligé la règle de la priorité des opérations, ce qui fait d'eux des "hors-la-loi mathématiques.". Au fait, la réponse est 2.

La rigueur, ça s'enseigne

Dès le début des apprentissages, ayez des exigences claires. Pas "élevées", "claires". Si vous demandez le calme, exigez le calme. Si vous demandez le silence, exigez le silence et ne vous contentez pas du calme. Lors d'apprentissages mathématiques, répétez les règles, elles doivent venir en tête comme le numéro du "Clan Panneton". Lorsqu'elles sont connues, l'enfant doit les appliquer dans les bons contextes. Posez-lui des questions: "Que connais-tu des chaînes d'opérations?" ou "Qu'est-il important de se rappeler lors d'additions de fractions?"

Ensemble mettons fin aux erreurs de calculs!

Et vous, quelles sont les "règles mathématiques" dont vous vous rappelez?


( http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/rigueur/69466 )

mardi 6 octobre 2015

L'éducation, une garde partagée

Avez-vous déjà entendu un parent se plaindre de l'école de son fils? ou de l'enseignante? ou de la secrétaire? Il est vrai que beaucoup de parents reconnaissent la qualité de certains enseignants ou milieu scolaire, mais bien souvent, on entend le négatif.

Dans le milieu scolaire, ce n'est pas différent! On entend régulièrement: "C'est évident, tu sais qui était son enseignant l'an dernier..." ou "Il ne faut pas compter sur ce parent...". C'est très facile de mettre le blâme sur les autres. Si nous nous disions: "Qu'est-ce que, MOI, je peux faire de différent?". Un vieux proverbe africain dit: "Il faut un village pour élever un enfant.". Ils ne mettaient pas la faute sur l'un et sur l'autre!

Les parents doivent s'impliquer dans les apprentissages des enfants. Je conseille régulièrement des parents, à leur demande. Comment aider mon enfant à apprendre ses mots de vocabulaire? Que veut dire "dyspraxie"? Cessons de chercher "à qui la faute", et travaillons main dans la main.

Et à court terme, dans le contexte, ça signifie aussi que nous devons nous unir pour protéger notre système scolaire québécois.



mardi 29 septembre 2015

Esclavage nouveau genre

Avis important: Ce message comporte des jugements de valeurs et des opinions qui seraient illégales dans plusieurs pays... mais nous sommes au Québec, donc, bah, voilà.

Parfois je me demande si notre gouvernement nous croit imbéciles... ou du moins, nous VEUT imbéciles. Nous voyons les magouilles, les escroqueries... nous ressentons cette pression! Le système d'éducation est en crise, et c'est nos enfants qui en seront les premiers cobayes.

Quelle est la principale inquiétude chez les adultes? L'argent bien sûr. Quelle est la principale inquiétude chez des parents? L'avenir de leurs enfants, bien sûr.

Nous avons tous été étudiants, certains plus longtemps que d'autres. Et la majorité d'entre nous avons, ou aurons, des enfants. L'avenir financier de notre province joue présentement dans nos cours d'école.

Mon blog en sera un de "mathématique". Pourquoi discuter de "l'éducation" alors? Parce que je crois que le gouvernement tente d'empêcher nos enfants de réfléchir. Si nos enfants ne savent pas compter, ils ne pourront pas s'apercevoir qu'ils travaillent au lieu de vivre. Et le pire là dedans, c'est que les jeunes adultes n'ont pas un bon rapport aux mathématiques, ni à l'argent. "Chu poche en maths, donc je travaille au salaire minimum et c'est de ma faute"... Et si les ressources avaient été présentes dans les écoles? Pouvons-nous mesurer l'impact qu'auraient eu quelques milliers de dollars injectés de la bonne façon?

Esclavage nouveau genre...  Donner assez pour bien paraître, mais trop peu pour que nous ayions le temps de réfléchir à notre condition.